De l’ortie au plantain

De l’ortie au plantain

par les CEMEA le 27 mai 2005, dans Activités

Profitons de plantes que l’on trouve très facilement, pour préparer avec son groupe les herbes que l’on a cueillies ensemble… Si bien sûr nos sollicitations ont recueilli un écho favorable auprès des enfants !

Récoltons de préférence les jeunes plants, au printemps, loin des abords des routes trop passantes ou des décharges publiques, en prenant garde de ne pas nous piquer : apprenons aux enfants à saisir les orties dans un mouvement du bas vers le haut, car leurs poils urticants ne se brisent en libérant leur acide que lorsqu’ils sont repoussés vers le bas. Ou, si chacun a emporté une paire de ciseaux, coupons adroitement les feuilles du sommet : elles sont plus tendres (même en été). Surtout ne nous munissons pas de gants : nous perdrions tous ce petit frisson propre au risque ! Le risque qui est en germe dans l’activité véritable, celle qui sert au développement de l’enfant ! Cette part de prise d’un nouveau pouvoir sur son environnement dont il faut bien faire l’apprentissage !

A propos d’apprentissage, au cas où l’un d’entre nous se piquerait, pensons au plantain qui pousse communément près des orties ; le suc ou quelques feuilles écrasées sur les gourmes calmeront rapidement les démangeaisons. Son effet est identique sur les piqûres d’insectes.

Que faire avec les enfants des plantes ainsi récoltées ?

Une soupe ? Il suffit de faire bouillir les orties dans l’eau et d’ajouter des pommes de terre pour donner du corps, avec éventuellement quelques oignons et de la crème.

Un potage ? Passons ou mixons le tout.

Un légume ? Accommodons-les comme les épinards : en soufflé, à la crème, en quiche…

Un dessert ? Une gelée au goût surprenant.

Nous pouvons aussi mettre quelques feuilles de plantain dans notre soupe d’ortie ou dans une salade…

Ces quelques idées de recettes n’épuisent pas toutes les possibilités d’utilisation de l’ortie, puisque l’on peut encore, par exemple, obtenir une teinture jaune à partir de sa racine… Jadis déjà, des livres entiers furent écrits pour célébrer ses innombrables vertus et décrire ses utilisations médicinales ou alimentaires, et aujourd’hui de nombreux sites Internet parlent de ses propriétés, alternatives à l’utilisation des pesticides et fongicides…

L’ortie n’est donc pas qu’une mauvaise herbe détestable dont on retient surtout la brûlure désagréable qu’elle provoque lorsque l’on s’y frotte.



Enregistrer au format PDF flux RSS
Recherche
Notre actualité
Connexion
Créer un compte
Facebook
Abonnement
Recevoir la lettre d'infos
Mais aussi...



Copyright 2014 - © CEMEA | Tous droits réservés

réalisé par Vertige