Secteurs Festival du Film d’Education Programmation du 16/12

Programmation du 16/12

13 : 30 École

Une Idée folle

Tourné dans neuf établissements scolaires - publics et privés, de la maternelle au collège, aux quatre coins de la France - Une Idée Folle pose la question du rôle de l’école au XXIème siècle, à travers le témoignage d’enseignants, d’enfants, de parents ainsi que d’experts de l’éducation. À quels défis les citoyens de demain vont-ils devoir faire face et comment les y préparer ? En cultivant l’empathie, la créativité, la coopération, la prise d’initiative ou encore la confiance en soi et l’esprit critique chez les élèves, en parallèle des savoirs fondamentaux, les enseignants de ces écoles font un rêve fou : celui de former une future génération de citoyens épanouis et responsables qui auront à cœur de transformer positivement la société qui les entoure.
La question fondamentale si nous voulons réformer le système scolaire, est de s’interroger sur le sens même de l’école. A l’heure où tout le savoir que nous pourrions emmagasiner est à portée de quelques clics, l’école ne doit-elle pas s’interroger sur son rôle, s’autoriser à revoir les fondements-mêmes de son organisation ?


IMG/flv/BAuneideefolle.flv

Le film sera suivi d’un dialogue avec des représentants de divers projets d’école innovantes de divers réseaux.

15 : 30 Santé Mentale

Les pélerins de Bouge

Ce documentaire est une plongée en douceur dans l’univers des Pèlerins de Bouge, compagnie théâtrale composée de patients de différentes institutions psychiatriques, d’infirmiers et de bénévoles. Des patients acceptés et qui s’acceptent grâce aux relations humaines et affectives que leur projet théâtral exacerbe.
L’activité théâtrale des Pèlerins, ce sont aussi et surtout, ces instants privilégiés que les patients vivent en famille d’accueil : instantanés rares où la personne malade se réapproprie la vie avec, quelquefois, cette maladresse touchante causée par l’envie de ne pas décevoir.
Les Pèlerins de Bouge n’est pas un film qui explique la maladie mentale. Il y a d’ailleurs très peu d’informations sur la pathologie des uns et des autres. C’est un film qui utilise la sensibilité du spectateur pour l’amener à vivre et à ressentir plutôt qu’à voir. Dans ce documentaire, aucune interview. Juste des moments de vies réels, capturés au fil des mois et rendus avec douceur et distance.


IMG/flv/BAlespelerinsdebouge.flv
Vivre en ville de Cécile Philippin

Comment se loger, travailler, se soigner, s’épanouir, lorsque l’on vit en ville avec une souffrance psychique ? A l’écoute des témoignages singuliers d’une quinzaine de personnes soignées en psychiatrie, le film "Vivre en ville" dessine un état des lieux intime et concret du soin hors de l’hôpital et des enjeux du vivre ensemble.

Le secteur « Santé mentale » des CEMÉA vous présente deux films, « Les pèlerins de Bouge » et « Vivre en ville » suivi d’une pièce de théâtre « Un lit d’œufs sur du sable mouvant ». Un dialogue suivra ces trois moments avec des formateur-trice-s du secteur santé mentale des CEMÉA.

17 : 00 Travail et société

La tête haute

Malony (Rod Paradot), à qui sa très jeune mère, irresponsable, droguée et instable, n’assure pas un cadre affectif et éducatif satisfaisant, se voit placé par la juge des enfants (Catherine Deneuve) dans plusieurs établissements de plus en plus contraignants. Sa scolarité désastreuse est interrompue, il est sujet à des crises de violence qu’il ne contrôle pas, et multiplie les délits. Cependant, la magistrate persiste à tenter de l’aider en dépit du peu de résultats auxquels elle parvient et malgré le comportement souvent hostile, mais parfois attachant, du jeune garçon, attaché plus que tout à sa mère et à son jeune frère.
Le film met en scène les tribulations de Malony, d’abord enfant de onze ans jusqu’à ce qu’il devienne jeune homme de dix-huit ans, alors que, pris en main par un éducateur déterminé à le sauver (Benoît Magimel), protégé par cette juge qui croit en lui, il oscille entre progrès et rechutes mais relève la tête jusqu’à ce qui peut être un espoir de vie épanouie.

19 : 00 Quelques courts-métrages

Un petit moment de pause pour visionner quelques très beaux courts-métrages autour de l’éducation :
• Alike
• Mon ami Nietzsche
• Bleu, blanc de mes cheveux

20 : 30 Travail et société

Une belle fin

John May est un fonctionnaire communal qui vit seul. Son travail consiste à retrouver les parents les plus proches de personnes mortes dans une solitude totale. Il effectue son travail avec le soin le plus méticuleux et mène une vie tranquille et ordinaire, faite de rites quotidiens qui en deviennent obsessionnels. Un jour, on lui confie le cas de Billy Stoke, un alcoolique mort dans la solitude à quelques pas de sa propre maison. Il commence alors à recueillir des indices sur sa vie et à chercher les personnes auxquelles il a été lié. Mais, à cause de la crise économique, on lui fait savoir que son service est en passe d’être réduit, qu’il est en surnombre et va être licencié. Il ne se laisse pas abattre et convainc son chef de lui donner encore un peu de temps pour terminer sa dernière enquête.


IMG/flv/BAunebellefin.flv

Le film sera suivi d’un dialogue dans la salle de projection qui pourra se poursuivre au bar du festival.


Réservez vos places


le samedi 16 décembre 2017
Dates :

Bruxelles
Lieu :



Enregistrer au format PDF flux RSS
Recherche
Notre actualité
Connexion
Créer un compte
Facebook
Abonnement
Recevoir la lettre d'infos
Mais aussi...



Copyright 2014 - © CEMEA | Tous droits réservés

réalisé par Vertige