Au-delà du constat, cette phrase anodine sous-entend d’autres choses. Souvent, ce discours est renforcé par des re-marques très flatteuses pour les pro-fessionnel-le-s de la petite enfance : « Les enfants sont plus autonomes  », « Ils-elles se séparent plus facilement de leurs parents et pleurent moins », « Ils-elles respectent mieux les règles »... Mais qu’est-ce que cela signifie vraiment ? Les enfants venant de milieux d’accueil collectifs seraient mieux préparé-e-s à la vie de classe ? Leur développement aurait été plus loin, plus poussé, mieux accompagné ?

Pour plus d’informations n’hésitez pas à contacter le groupe École, ecole cemea.be