Secteurs Festival du Film d’Education Programmation du 15/12

Programmation du 15/12

10 : 00 École

Les bonnes notes

La ville de Gardanne s’éveille, une symphonie désordonnée envahit l’école primaire : c’est la première séance de l’orchestre de l’école. On souffle dans son tuba, fait grincer son violon, teste sa flûte quand une voix interrompt : « stop ». Silence. Tous les enfants écoutent attentivement François Le Gall, musicien intervenant, qui leur édicte les bases pour l’année à venir : concentration, écoute, respect de l’autre. Pendant une année nous avons suivi l’orchestre, les répétitions, les concerts en public et les réunions de travail entre enseignants, professeurs de l’Ecole de Musique de la Ville et bénévoles qui rendent ce projet possible.

Quand la musique devient un outil central de l’apprentissage, quand elle est offerte au plus grand nombre et non seulement à une population favorisée… Une expérience questionnant le sens même de l’importance de l’art, de la culture dans le monde scolaire.


IMG/flv/BAlesbonnesnotes.flv

11 : 00 Éducation permanente

La vague

La Vague raconte l’histoire d’un professeur de lycée allemand, Rainer Wenger, qui, face à la conviction de ses élèves qu’un régime autocratique ne pourrait plus voir le jour en Allemagne, décide de mettre en place une expérience d’une semaine dans le cadre d’un atelier. En reprenant chacun des attributs qui représentent une autocratie et plus précisément une dictature, on observe alors la mise en place d’une sorte de jeu de rôle grandeur nature. Construite comme une communauté, La Vague, rassemblée autour d’un symbole, un salut, un uniforme et des règles s’étend rapidement à l’extérieur de l’école. En quelques jours, ce qui n’était que de simples notions telles que l’esprit communautaire et la discipline se transforment en un réel parti politique.

Un film de fiction basée sur une histoire vraie, un film sur l’obéissance, le conformisme … ou comment l’histoire est intimement liée au présent.


IMG/flv/BAlavague.flv

14 : 00 École

C’est d’apprendre qui est sacré

A la recherche de l’école différente dans l’école publique, Delphine Pinson, jeune enseignante, nous emmène vivre le premier mois d’école dans la classe de Michel Duckit. Militant et engagé, cet enseignant pratique depuis plus de vingt ans une pédagogie personnalisée sur les traces de Célestin Freinet dans laquelle les apprentissages émergent directement du vivant. Pas à pas, les enfants plus ou moins audacieux s’emparent de ces espaces de liberté, apprivoisent l’initiative et des étincelles naissent dans les yeux. Avec humour et sensibilité, ce film confirme qu’à l’école publique aussi, permettre que chaque élève trouve sa place et s’épanouisse, c’est possible !
Un film qui présente la « mise en place » d’une pédagogie alternative et non une classe fonctionnant déjà avec des principes d’éducation nouvelle depuis de nombreuses années. Michel Duckit est loin d’être un enseignant inexpérimenté, mais les enfants de la classe eux découvrent tout de ce qu’il veut leur proposer. Un film à découvrir.


IMG/flv/BAcestdapprendrequiestsacre.flv

15 : 45 Travail et société

La sociale

En 1945, les ordonnances promulguant les champs d’application de la sécurité sociale étaient votées par le Gouvernement provisoire de la République. Elles prennent origine dans le programme du Conseil National de la Résistance qui intègre « un plan complet de sécurité sociale […] avec gestion appartenant aux représentants des intéressés. » Un vieux rêve séculaire émanant des peuples à vouloir vivre sans l’angoisse du lendemain voyait enfin le jour. Le principal bâtisseur de cet édifice des plus humaniste qui soit se nommait Ambroise Croizat. Qui le connaît aujourd’hui ?
Un moment de redécouverte d’un bastion de notre système de protection : la sécurité sociale. Le film débute par une contextualisation historique et envisage ensuite l’avenir, les menaces, les craintes sur l’avenir du système. Un document pour comprendre ce qui nous protège.


IMG/flv/BAlasociale.flv

18 : 00 École

Quand l’utopie faisait école

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, des pédagogues d’un nouveau genre forment le projet révolutionnaire de changer le monde en faisant évoluer l’école.
Dans une Europe traumatisée par la Première Guerre mondiale, des pédagogues désignent le coupable : l’école, qui a fabriqué de "braves soldats". Il convient désormais de construire la paix et d’élaborer une éducation nouvelle pour une génération d’enfants qui, espère-t-on, ne fera plus jamais la guerre. Comment les éduquer sans surveiller et punir ? Comment les aider à s’émanciper ? Rendre l’enfant heureux, c’est faire de lui un adulte meilleur, estiment ceux qui se lancent dans l’aventure. Ils se nomment Rudolf Steiner, Maria Montessori, Célestin Freinet, Alexander S. Neill, Ovide Decroly, Paul Geheeb ou Janusz Korczak, chacun d’eux inventant des méthodes d’éducation. Un pédagogue suisse, Adolphe Ferrière, les réunit au sein de la Ligue internationale de l’éducation nouvelle.

Ce film historique retrace les prémices de l’éducation nouvelle, présente les pionniers, retrace l’essort de ces pédagogies dans l’entre-deux guerres. Un documentaire intéressant au moment de fêter les 100 ans de ce moment important que fut la fin de la première guerre mondiale pour l’essor de ces mouvements… Qu’en reste-t-il cent ans plus tard ?

Un moment d’échange dans la salle sera organisé en présence de…
• Henry Landroit, créateur de l’Autre Ecole et ancien président du mouvement Freinet belge francophone
• Catherine Lochet, responsable du secteur École des CEMÉA


IMG/flv/BArevolutionecole.flv

20 : 30 Egalité des genres

Diamond Island

Ile reliée à Phnom Penh, Diamond Island se métaphormose grâce à des promoteurs immobiliers qui veulent en faire un paradis pour nantis. Les immeubles poussent comme des champignons. Bora, 18 ans, a quitté sa campagne pour aller travailler sur les chantiers de l’île. Sur place, il se fait de nouveaux amis et croise son frère aîné, Solei, perdu de vue depuis cinq ans. Il fait découvrir à Bora le monde de la nuit et les paillettes de Diamond Island. Bora tombe amoureux et voudrait fuir cette vie de misère. Il est prêt à quitter sa famille pour aller vivre le rêve américain...

Le film sera suivi d’un moment d’échange avec la salle en présence d’Yvette Lecomte présidente de la fédération internationale des CEMÉA et Marie-France Zicot responsable du groupe « égalité des genres » des CEMÉA


IMG/flv/BAdiamondisland.flv



Réservez vos places




Enregistrer au format PDF flux RSS
Recherche
Notre actualité
Connexion
Créer un compte
Facebook
Abonnement
Recevoir la lettre d'infos
Mais aussi...



Copyright 2014 - © CEMEA | Tous droits réservés

réalisé par Vertige